INTÉRIEUR PARTICULIER

DE L'ART ET DU DESIGN

Charline et Baptiste sont tous deux esthètes. Férus d’art, de design, de mode, en un mot, de création. Ils nous ouvrent les portes de leur appartement marseillais, véritable cabinet de curiosités.

Après 5 ans d’une vie aixoise où Charline dénichait de nouvelles marques de prêt-à-porter pour sa boutique quand Baptiste créait sa première école ESDAC (École Supérieure de Design, d’Arts Appliqués et de Communication), ils décidèrent de délaisser la Sainte Victoire pour la Bonne Mère. Et c’est dans le quartier des antiquaires qu’ils posèrent leurs valises : un choix de coeur mais aussi de raison. À la fois calme et commerçant, à proximité du Vieux-Port et des grands axes, ce quartier était idéal pour ces deux citadins. Quant à l’appartement, ce fut un véritable coup de coeur dès la première visite. Très lumineux avec de beaux volumes et des propriétaires charmants "qui nous ont fait penser à nous", nous confient Charline et Baptiste. Ils s’y sont alors projetés immédiatement, les deux chambres donnant sur un coeur d’îlot leur apportant un sentiment de quiétude malgré le fait d’être en hyper centre. Évidemment, ils l’ont remis à leur goût et ont repensé plusieurs aménagements. Tous deux fins gourmets, il était important de privilégier une grande cuisine. L’idée d’avoir une cuisine semi-ouverte se révéla être un bon compromis entre l’espace espéré et l’ordre constant de la pièce. Elle fut donc déplacée le long des fenêtres afin de bénéficier de la clarté naturelle. Et pour être à la hauteur de sa cuisinière, elle fut habillée de chêne et de marbre et parée de Gaggenau, tel un bijou dans son écrin.

Le parquet à larges lattes, en bois massif, permit quant à lui d’agrandir les volumes et de donner une certaine profondeur aux pièces. À l’arrière et au calme, les chambres au charme fou furent réaménagées et investies avec des teintes douces, laissant la part belle à la végétation luxuriante du balcon. Tout y est patiné, le couple aimant l’idée que les matériaux révèlent leurs plus belles aspérités. Le résultat est là : l’architecture classique est audacieusement contrebalancée par le choix subtil des éléments contemporains, qui y ont parfaitement trouvé leur place. Ici, tout respire l’élégance. Les matériaux finement sélectionnés dialoguent avec une collection d’oeuvres et de pièces de design, qui viennent twister les classiques moulures et cheminées.

Les chaises Prouvé dialoguent avec une chaise Diamond de Bertoïa et une table Kristalia, un masque aux matériaux de récupération d’un élève répond aux nombreux éléments tribaux dont se passionne Baptiste, parmi lesquels un authentique masque du Vanuatu. Aux murs, un tableau de l’artiste espagnol Eduardo Romaguera fait face à une oeuvre du peintre argentin Ronaldo Enright à l’aspect tribal, acheté dans la galerie Eric Aknin. Les luminaires ne sont pas en reste : des suspensions de Benjamin Hopf pour Formagenda, une applique de Fabrice Berrux pour Dix Heures Dix et un lustre Gino Sarfatti chiné dans le si joli quartier de Santo Spirito à Florence. C’était en août 2014. 5 ans plus tard, de nouveaux projets de vie les attendent, ne restant plus qu’à souhaiter aux prochains propriétaires une belle et heureuse tranche de vie.

 Les fétiches de Charline et Baptiste 

Guide Michelin Rouge Italie

L’Italie est pour le couple un pays de coeur. Baptiste, y ayant vécu plus jeune, connait chaque région mieux que celles de son pays natal. Tombés particulièrement amoureux de la Toscane, ils s’y ressourcent. Les cyprès florentins, les domaines viticoles, l’art de vivre italien les inspirent. Le Guide Rouge n’est qu’une excuse pour répertorier les classiques, leurs adresses fétiches et confidentielles quant à elles sont bien gardées dans leurs mémoires.

Masque du Vanuatu

Appartenant à la collection Guigues et acheté dans la galerie Franck Marcelin à Aix, ce masque du XIXème siècle est un cadeau de Charline pour Baptiste, passionné d’art océanien et aborigène. Provenant du Vanuatu, il est composé de matériaux très bruts, de feuilles de bananiers, de terre et de chanvre.

Aquarelle de Michel Ciry

C’est une histoire de souvenirs. Pour Charline, car l’oeuvre représente un champ de pommiers à Varengevillesur-Mer dont elle est originaire. Pour Baptiste, qui fut charmé un beau jour de vacances par les oeuvres de ce peintre normand. Peinte dans les années 60, on arrive encore à ressentir sur cette aquarelle la brume du matin, cette atmosphère normande si particulière qu’aimaient tant les impressionnistes.

Bouquet de fleurs

Chaque semaine, Baptiste fait livrer à sa tendre et chère un bouquet de fleurs en provenance de Mon Fleuriste Préféré, artisan fleuriste à Marseille. Charline aime cette touche de gaieté et de vie dans l’appartement, lui permettant de rythmer son intérieur en fonction des saisons.

 Crédits 

Texte - Laure Amoros

Photos - Edwige Lamy

Article issu de la Revue N°1 selon Archik

Partager

Instagram