EXPOSITION FAÇONNER L’IMAGINAIRE

DE L'ART ET DU DESIGN

ARCHIK poursuit son exploration autour de l’architecture, l’art et le design en invitant pour cette nouvelle exposition la galerie parisienne Amelie Maison d’Art.

Dès l’Antiquité dans le Proche et Moyen-Orient, la maquette architecturale en argile explore d’une manière plus ou moins explicite, le rapport au réel et au sacré. De même, à travers les siècles, la pratique de “ paper architecture ” ou “ architecture visionnaire ” a souvent été utilisée par les architectes et les artistes pour expérimenter des projets utopiques et représenter des espaces imaginaires. Ces dessins et maquettes conceptuels témoignent d’un désir d’imaginer le monde de demain à l’image de l’homme, parfois en opposition à la rationalité de la technologie.

Repoussant les frontières de l’art, de l’artisanat et de l’architecture, les sculptures et le travail sur papier présentés dans “ Façonner l’imaginaire ” nous renvoient à cette pratique. Les séries d’édifices monolithiques d’Anouk Albertini, et ses formes biomorphiques naturelles annoncent leur rapport au corps par leurs titres “ Famille ” et “ Couple ”. En parallèle, les constructions de Pilar Angeloglou, à l’instar de sites archéologiques, sont évocatrices d’une architecture antique et traditionnelle. Le travail sur papier de Frédéric Heurlier Cimolaï évoquant des plans de masse, est quant à lui intrinsèque à ses recherches formelles sur les proportions et modulations de l’espace. Enfin, les constructions radicales de Delphine Brabant nous renvoient à une architecture monumentale et brutaliste, communiquant une force expressive aux courants modernistes et utopistes.

Exposées au sein de ARCHIK, lieu de travail et de création autour de l’architecture, les pièces présentées dans “ Façonner l’imaginaire ” gagnent en autonomie et manifestent leurs statuts à la fois d’objets et de porteuses d’idées.

 

 Anouk Albertini 

Née en 1961 à Nice et diplômée de l’Académie Julian Met de Penninghen à Paris, Anouk Albertini poursuit sa pratique dans l’atelier du sculpteur Maurizion Toffoletti en investissant le champ de la sculpture.

 Pilar Angeloglou 

Artiste espagnole, Pilar Angeloglou vit à Paris depuis 1970. Elle est diplomée en histoire de l’art et d’archéologie à l’école du Louvre et à la Sorbonne.

 Delphine Brabant 

Née à Lille en 1964, Delphine Brabant vit et travaille à Paris. Son travail a été présenté, entre autres, à la Galerie Lazarew à Bruxelles, la Galerie Caroline Tresca à Paris et à la Galerie Exit Art Contemporain à Boulogne-Billancourt.

 Frédéric Heurlier Cimolai 

Frédéric Heurlier Cimolai est né en 1963 en Allemagne et vit et travaille à Montreuil. En parallèle de son travail personnel artistique, il contribue à des rénovations architecturales d’envergure et collabore à des scénographies muséographiques permanentes.

 Cari Gonzalez-Casanova 

Commissaire d’exposition Artiste plasticienne, enseignante à L’École Nationale Supérieur d’Architecture de Marseille (2019/2020), et collaboratrice chez ARCHIK, Cari Gonzalez-Casanova est née en 1971 à Porto Rico, a grandi à New York et vit et travaille à Marseille depuis 2004. Elle est représentée par la galerie d’art mfc-michele didier (Paris/Bruxelles).

 Informations pratiques 

Exposition à découvrir du 30 août au 12 novembre 2019
Adresse : Maison ARCHIK, 50 rue Edmond Rostandnd, 13006 Marseille

Partager

Instagram